L’Ange et le pape François !

Published by ArtDeVivrePaysPaillons on

La couronne des rois de Boul’Ange  à Drap, a  su séduire le palais du pape Francois  . La recette de l’ange

Un des clients restaurateur Niçois , a recommandé Jeremy auprès  de l’association France –Italie . C’est ainsi que Boul’Ange a été choisi  pour créer 2 couronnes  des rois pour le pape Francois ainsi que 8 galettes à la frangipane pour Monseigneur Parolin et sa communauté

Ce défi a nécessité la création d’une plaque spéciale pour l’enfournement et l’aide de 6 salariés. Chaque couronne pesait 6 kilos.

Cette récompense atteste de la détermination, du courage, de la créativité et du  travail d’équipe et aussi du respect client .

Jeremy est ma muse ou mon ange gardien car c’est par lui que l’histoire de ce blog a débuté. Le contact a eu lieu dans sa boulangerie où  Il demandait un conseil  à la cantonade. J’ai naturellement entamé la discussion et de fil en aiguille j’ai compris qu’il était le chef d’entreprise et qu’il n’était pas ordinaire. J’ai eu envie de raconter son histoire.

Quelques jours après l’avoir contacté pour lui expliquer mon projet de blog auquel il a aussitôt adhéré, l’histoire du blog a commencé.

Jeremy a quelque chose d’un ange dans sa façon d’être ;  cela doit être héréditaire car il a donné à son fils ce prénom.

Il me raconte son expérience d’une voix douce et posée, avec beaucoup de simplicité et d’humilité. Ses yeux bleus pétillent et tout son visage sourit ce qui accentue cette image de sagesse. Il résume rapidement sa vision de vie « dans chaque expérience, il y a toujours quelque chose à apprendre «. 

La saga familiale

Je dirais que sa vie professionnelle est une saga familiale.  Il débute avec son grand  frère boulanger qui va développer une allergie à la farine, le forçant à vendre sa boulangerie. Jeremy a 18 ans, il trouve des travails  dans la restauration Niçoise en service de table. Il raconte « J’ai travaillé à l’ancienne sans boitier, il faut retenir les commandes, au début 1 table avec boisson, et ensuite 6 ou 7 tables, celui devient une poésie »

Plus tard, son grand frère reprendra une boulangeries dans le vieux Nice . Jeremy ira chaque jour au contact des restaurateurs pour développer le service de livraison.  Son Labo est lancé.  Il  ajoute en souriant  «  j’aime bien la découverte, mon labo m’envoie à la découverte des gens. Avec mon sac de pain, je frappe aux portes. La plupart me regarde, j’ai 21 ans. Qu’est- ce qu’ il me veut lui avec son pain ?

L’histoire est lancée, une centaine de restaurateurs lui font confiance et lui demande des pains nouveaux. Jeremy expérimente.

A 25 ans, il décide de voler de ses propres ailes d’Ange et il reprend une boulangerie dans le cœur du village de Drap ou il est né.  Avec son  labo à proximité, il est libre d’innover  de nouvelles recettes en s’adaptant aux besoins de ses clients – Il se confie «  on est un peu l’oreille  des restaurateurs, il me demande si je peux réaliser ceci ou cela … le bouche à oreille du sérieux. L’essentiel  c’est la  confiance du client.

La recette du succès de Jeremy

Il est parti de peu de chose. Avec sa détermination et son  courage il est un entrepreneur qui emploie aujourd’hui 17 personnes, il a 26 ans.

Il explique avec simplicité, qu’il y a  toujours à  apprendre des autres  et  qu’il faut savoir observer pour inventer des nouvelles recettes

Il travaille avec son équipe, permettant à chacun une libre expression de sa créativité. Il teste, échange et ils avancent ensemble.

Et surtout il aime ce qu’il fait Le pain tous les jours,  » tu apportes un peu de bonheur tous les jours , on mange du pain à chaque repas  » 


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *